Les solutions FLOSS – leur fonctionnement grâce à une gouvernance démocratique

Par Lionel Alvarez

L’exemple phare est Wikipédia. Comment est-ce possible qu’en laissant la plume à Monsieur et Madame Tout-Le-Monde, une telle richesse émerge et non un chaos de briques d’information éparses ? Le…

L’exemple phare est Wikipédia. Comment est-ce possible qu’en laissant la plume à Monsieur et Madame Tout-Le-Monde, une telle richesse émerge et non un chaos de briques d’information éparses ? Le choix de la gouvernance est la clé. Si tout le monde écrit, tout le monde discute, débat, corrige, propose, s’engage… C’est une forme d’autosurveillance ou de surveillance mutuelle orientée par des valeurs et des règles claires et simples. Pour plus d’information à ce sujet, les lecteurs intéressés taperont « wikipedia » sur « wikipedia ».

« Promoting free software license understanding and compliance: the International FOSS Law Review » by opensourceway is licensed under CC BY-SA 2.0

La gouvernance des solutions F(L)OSS – pour Free, Libre, Open Source Software – fonctionne avec un mécanisme comparable. Mais plutôt que de redire ce qui est déjà bien dit ailleurs, veuillez consulter cette page (Blog du YOUKI) : https://blog.byzline.ch/2020/10/04/lopen-source-les-risques-de-sa-chaine-logistique-et-les-forces-de-sa-gouvernance/ . Certes, certains points sont un peu techniques, mais les forces et les limites de cette gouvernance participative propre aux solutions F(L)OSS sont débattues et montrent que les rêveries hippies des pionniers du web sont encore quelque peu présentes.

bonne lecture

Commentaires

Les commentaires sont modérés et ne seront rendus publics que s'ils contribuent à la discussion de manière constructive.