« Digital by default », ou construire l’éducation sur une vision étriquée de la société

Par Lionel Alvarez

La citoyenneté numérique est dans l’air du temps. Nos États ferment les guichets physiques pour ouvrirent des guichets virtuels. Ce changement stigmatise, voire exclue, celles et ceux qui ne sont…

La citoyenneté numérique est dans l’air du temps. Nos États ferment les guichets physiques pour ouvrirent des guichets virtuels. Ce changement stigmatise, voire exclue, celles et ceux qui ne sont pas dans l’air du temps. Le discours normatif est donc pour le « digital by default ». Évidemment, ça réduit les files d’attente, la paperasserie, et, croyons-le-nous, sa permet un rapport plus serein avec notre administration. Le lecteur intéressé par ce débat est invité à lire Schou, & Hjelholt (2018) ou Mazet (2019).

Mais qu’implique un dogme « digital by default » pour l’éducation? S’il y a dématérialisation de la relation administrative ou déshumanisation du contact avec les administrations (Mazet, 2019), l’école doit-elle encore former les futurs citoyens à des interactions sociales en chair et en os ? Dit autrement, pour être un citoyen à part entière qui vote, qui milite, qui fonctionne en adéquation avec les attentes, qui participe à faire évoluer le modus vivendi… ne pourrais-je pas simplement être assis en slip sur mon canapé, connecté aux services web de l’État? Dans ce cas, l’école doit former à devenir des citoyens numériques. Et là, il y a plusieurs approches. Prenons les propositions de Choi (2016, traduction libre) qui ont le mérite de déplaire.

  1. Approche « Éthique » : être capable d’une utilisation appropriée, sécure et responsable dans les activités en ligne
  2. Approche « Littératie des médias et de l’information » : être capable d’accéder, d’utiliser, de créer et d’évaluer l’information et les systèmes d’information structurants
  3. Approche « Participation/Engagement » : être capable d’engagement politique, socio-économique, culturel… en ligne
  4. Approche « Résistance critique » :être capable de participation non linéaire, plus créative, non hiérarchique, visant la décentralisation, le libre, la transparence, l’accessibilité

Autrement dit, la première fait des utilisateurs disciplinés, la deuxième leur offre un rapport critique, la troisième permet l’influence du statu quo, la dernière engage au militantisme et à la résistance. Fort à parier que l’école, si tant est qu’elle thématise la citoyenneté numérique, s’appropriera l’approche « Ethique », voire l’approche « Littératie des médias et de l’information ». En effet, le pouvoir normatif des structures numériques/informatiques (c.f. code is law de Laurence Lessig) invite les citoyens à ne pas œuvrer dans les approches 3 et 4 proposées par Choi (2016).

Ainsi, à quoi former les élèves lorsque l’on parle d’environnement numérique? À Office 365 pour leur permettre d’être des utilisateurs? À une diversité d’environnement, pour leur permettre une certaine littératie ? Aux solutions libres déployées localement (à la lumière des CHATONS) pour le permettre participation et engagement ? Ou finalement à des compétences plus pointues pour permettre une résistance critique?

Ainsi, l’environnement numérique appelle les mêmes questions que l’environnement analogique quant à la place des citoyens et de leur parole. Sauf que, face aux développements numériques disruptifs, il est peu audacieux d’affirmer que ses questions ne sont pas débattues publiquement.

 

 

Références:

  • Choi, M. (2016). A Concept Analysis of Digital Citizenship for Democratic Citizenship Education in the Internet Age. Theory & Research in Social Education, 44(4), 565-607.
  • Mazet, P. (2019). Vers l’état plateforme. La vie des idées. URL: https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20190402_mazet-2.pdf
  • Schou, J., & Hjelholt, M. (2018). Digital citizenship and neoliberalization: governing digital citizens in Denmark. Citizenship Studies. DOI: 10.1080/13621025.2018.1477920

 

 

Commentaires

Les commentaires sont modérés et ne seront rendus publics que s'ils contribuent à la discussion de manière constructive.